Le Blog du Geek Joyeux

Plus moins vite tu codes, moins plus vite ça plante

Contrôler Amarok en ligne de commande grace a DCOP

| Commentaires

Pendant longtemps, je me suis demandé comment on pouvait régler le son d’Amarok depuis la ligne de commande.

Quel intérêt, me direz-vous, alors qu’il suffit de cliquer pour s’en occuper ?

La réponse est simple. D’un naturel fainéant, il m’arrive de coder au lit et de mettre Amarok en lecture sur mon PC de bureau. Il est possible de contrôler Amarok en ligne de commande pour ce qui concerne la lecture (play, pause, stop, etc…). Le contrôle du son ne fait malheureusement pas partie des options. C’est là que DCOP sauve des vies…

DCOP

DCOP ( Desktop COmmunication Protocol), est un système de communication léger entre les processus et les composants logiciels d’un système. Sa principale utilisation est de permettre aux différentes applications d’interagir et de partager des tâches complexes. DCOP est essentiellement un système de « contrôle à distance », qui peut faire profiter une application ou un script de l’aide des autres applications. Il est construit au dessus du protocole d’échanges interclients de X.

Wikipedia

Utilisation d’Amarok via DCOP

Comme la plupart (voir toutes) des applications KDE, Amarok fournit une interface DCOP. Celle-ci est très complète, soit dit en passant.

Lorsque l’on est en ssh, il faut tout d’abord récupérer le DISPLAY. Ceci se fait en général de cette manière :

$ export DISPLAY=:0.0

Contrôle du son

La première raison de mon investigation était le contrôle du son, il est donc normal que je commence par là…

$ dcop amarok player setVolume X

Cette commande permet de régler le son a X, X étant compris entre 0 et 100

Récupération d’informations

Toujours grâce à DCOP, il est possible de récupérer des informations sur la playlist ou la piste actuellement en lecture. Voici un petit exemple :

dcop amarok player title
The Bonny Swans

dcop amarok player artist
Loreena McKennitt

dcop amarok player album
The Mask And The Mirror

Conclusion

Vous connaissez maintenant le principe de la manipulation d’Amarok via DCOP. Je vous invite donc à fouiller un peu plus pour découvrir toutes les possibilités offertes par l’interface DCOP d’Amarok mais également celles d’autres applications comme Kmix. Le moyen le plus simple est d’utiliser la complétion de Bash…

Références

Commentaires